Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par frenchteacher (fle)

Il y a quelques semaines, des étudiants m'ont demandé d'étudier un poème. Je n'avais jamais fait de poésie en classe auparavant, excepté le célèbre "Déjeuner du matin" de Prévert (Jacques Prévert et son déjeuner du matin - French elementary/intermediate (Fle A2)  pour le passé composé. Ces étudiants de niveau B2 sont amateurs de littérature et ils voulaient analyser un poème comme des Français le feraient eux-mêmes et comprendre en quoi la poésie française est différente de celle de leur pays. J'ai donc ressorti mes petites notes de bac sur les figures de style, les rimes féminines et masculines, les enjambements etc. Mon dieu, je savais tout ça, me suis-je dit en relisant mes notes. Comme c'est triste d'oublier tant de choses...

Quel poème étudier, me suis-je demandé. Un poème avec un message intéressant, un poème important pour notre littérature, que mes étudiants auraient avantage à connaître et qui reflèterait bien la culture française. J'ai choisi un grand classique que j'aime beaucoup et qui parle d'un thème toujours d'actualité, plus de 400 ans après son écriture ; l'attachement à sa patrie, les attraits du voyage, la nostalgie du pays natal.

 

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là (1) qui conquit la toison (2),
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos (3) de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la doulceur angevine.

Joachim du Bellay, Les Regrets, 1558

 

(1) Celui-là en ancien français. 

 

(2) Ce poème s’ouvre sur deux vers qui présentent deux grands voyageurs de la mythologie grecque : Ulysse et Jason (celui qui a conquis la toison d’or). Ulysse est le héros de l’Odyssée d’Homère, tandis que Jason a participé à l’expédition des Argonautes, partis à la conquête de la toison d’or. Ces deux personnages évoquent le voyage.

 

(3) un clos est un terrain, un jardin entouré d'une clôture, de murs... C'est un espace fermé, privé, intime.

 

 

A votre avis, quel est le message de du Bellay ?

 

Avez-vous quitté votre pays pour une longue période de temps ?

Etiez-vous nostalgique de votre pays ? Qu'est-ce qui vous a manqué ?

 

Actuellement, nous parlons beaucoup de "village global", de mondialisation. Pensez-vous que les jeunes générations sont moins attachées à leurs origines, à leur identité nationale ?

 

Comment du Bellay exprime t-il son attachement à son pays ?

Pensez-vous que les Français sont plus chauvins, plus ancrés dans leurs traditions que les gens de votre pays ?

 

Personnellement, je suis saisie par l'actualité de ce poème à chaque fois que je le lis. Combien de Français ne peuvent aller à l'étranger sans faire des comparaisons, toujours à l'avantage de la France bien sûr ! "En France, on mange mieux, on est mieux servi, la vie est meilleure, ah vivement qu'on rentre, on est si bien chez nous !" 

 

D'un autre côté, je ne peux pas me permettre de trop critiquer cette attitude car je me sens 100% Française et rassurée par les choses qui me rappellent mes origines, mon enfance. Etant Normande, je ne pourrais pas vivre dans un pays désséché par le soleil même si j'avais une vue magnifique sur une mer limpide. Que voulez-vous, pour me sentir chez moi j'ai besoin de paysages verts, de vieilles églises, de châteaux pleins d'histoire.  La tarte aux pommes, le cidre, les crêpes, ce sont mes références culturelles et je les emporterai toujours avec moi, jusqu'au bout du monde, même si mon voyage durait 20 ans ! 

 

 Analyse du poème et notes sur du Bellay dans un prochain article...

 

Commenter cet article

lolo 08/03/2016 17:42

Je ne pense pas qu'il y ait un quelconque "message" dans ce poème (on n'écrit pas un poème pour faire passer un message), la question intéressante serait plutôt "quelle est l'humeur de Du Bellay ou bien mieux : quel jeu joue-t-il, quelle humeur met-il en scène ? Le regret du pays natal étant un sujet éculé et vieux comme l'humanité.

Frenchteacher 01/04/2016 16:57

Merci pour votre commentaire qui lance un débat intéressant sur le rôle de la poésie et ses codes à travers les siècles. Je ne sais pas si le regret du pays natal était déjà un sujet éculé au XVIeme siècle mais je trouve que ce poème exprime bien ce sentiment.